Journal de trek, 2e partie

Pour lire le début, retournez au poste d'hier.

Jour 4 : Tadapani – Chomrong

Aujourd’hui, départ à 8h, ce sera une journée facile : « seulement » 800 m de dénivelé en descente, puis pareil en montée, puis de nouveau pareil en descente. Mais le chemin est plaisant, il toujours grand beau, nous croisons des ânes puis un attroupement de vautours que nous photographions sous tous les angles, nous traversons d’impressionnants ponts suspendus et 5h après notre départ, nous arrivons déjà à Chomrong où nous attendent une bonne douche et un bon repas. Nous passons le reste de l’après-midi à flâner, à jouer aux cartes et à soigner nos courbatures, surtout qu’un bon gros orage éclate en fin d’après-midi. Demain sera dur !

Une vue du Fishtail avant de partir le matin



Il y a encore des plantations partout.





Jour 5 Chomrong – Hotel Himalaya

Aujourd’hui, notre but était de monter le plus haut possible, suivant la météo, nos jambes, etc. Ca commence bien, nous avions prévu de partir à 7h30, mais notre guide nous fait une spéciale et nous ne partons finalement qu’à 8h10. Du coup, nous ne faisons pas beaucoup de pauses, nous commençons par 200 m de descente pour attendre un joli pont suspendu, puis on grimpe, on grimpe, on grimpe (avec tout de même quelques petites descentes pour me faire râler) pour arriver à Doban, 600 m plus haut et 4h45 plus tard.

Toujours notre ami le Fishtail

Orchidées sur la terrasse du petit déjeuner


Vu qu’il pleut, nous nous arrêtons une heure pour manger et nous ne marcherons que jusqu’à Himalaya (nous espérions pouvoir peut-être atteindre Deorali, l’étape d’après), 2920 m d’altitude, pas d’électricité, pas de chauffage, mais un repas chaud et un lit (même s’il fait 5 degrés dans notre chambre) avant la montée finale de demain.

Le Fishtail qui commence à changer d'orientation sur la droite



Pendant notre dernière heure et demie de marche, nous avions sorti nos ponchos de pluie rose et rouge et nous nous sommes amusés à nous inventer des pouvoirs magiques car je trouvais que nous ressemblions à des magiciens avec nos capes et nos bâtons. Même après 5 jours de marche et sous la pluie, le moral est toujours là ! Et nous étions bien contents de nous être arrêtés à Himalaya, lorsqu’il s’est mis à neiger sans discontinuer à 16h30.


Jour 6 : Hotel Himalaya – Camp de base de l’Annapurna

On est arrivés tout en haut ! Journée riche en émotions : nous partons d’Himalaya à 7h15 avec l’objectif de grimper jusqu’au camp de base de l’Annapurna aujourd’hui. 1200 m de dénivelé, c’est possible, on le sait. Mais il faudra compter avec notre réaction à l’altitude et surtout la météo. Le trajet entre Himalaya et Deorali, puis le camp de base du Fishtail est verglacé, enneigé, glissant et nous mettons 5h au lieu des 4h espérées.




Enfin le camp de base du Fishtail !

Pas grave, nous sommes partis assez tôt, nous avalons une assiette de riz agrémentée de thon en boîte pour nous aider à grimper et ça va le faire ! Sauf qu’il se met à pleuvoir, puis neiger, pendant notre pause. Deux autres couples se sont arrêtés pour manger en même temps que nous (nous n’avons pas arrêté de nous croiser dans la montée aujourd’hui) et ils semblent résignés à ne pas pouvoir monter avec ce temps. Notre guide nous propose d’attendre jusqu’à 14h pour voir si ça s’améliore. Sinon, nous devrons monter demain matin à 5h. J’avais tellement espéré être en haut ce soir !
13h45 : il semble y avoir une accalmie, je n’ai pas très envie de remettre mes chaussures mouillées, mais Olivier me motive et à 13h50, nous sommes tous repartis. Nous ressemblons à une expédition avec notre guide à l’avant suivi de six marcheurs européens à la file indienne dans l’immensité blanche qui mène du camp de base du Fishtail au camp de base de l’Annapurna. La perspective d’être au sommet ce soir nous donne des ailes. En 1h20, nous sommes en haut et la neige ne recommence à tomber que pendant les 20 dernières minutes.

Le Fishtail de l'arrière !

La dernière ascension

L'arrivée tant attendue !

Dans notre lodge, la salle commune est pleine de monde (dont plusieurs groupes que nous avons déjà vus pendant l’ascension) et nous sommes tellement contents d’être arrivés à notre point culminant que j’en verserais presque ma larme. Ce soir, au diable le budget (plus nous montons, plus les prix augmentent eux aussi, étant donné que les provisions doivent être amenées à dos d’âne, puis d’homme, nos derniers repas ont donc été plutôt sobres), c’est la fête, on se partage un chocolat chaud à l’arrivée et deux dal baht pour les braves. Il ne reste plus qu’à redescendre maintenant…



Pour avoir la suite et la fin, rendez-vous demain à la même heure !

Commentaires

  1. Trop belle ma cocotte en montagnarde!!! je pensais pas voir ça de mon vivant :-P. Et Olivier aussi t'es beau!!! Manu (Cornet)

    RépondreSupprimer
  2. Bigre, ces photos. Trop belles!

    RépondreSupprimer
  3. Merci Manu ! Comme quoi, tout arrive ;) J'espère que vous allez bien tous les trois. Gros bisous
    Et merci Martin pour tes commentaires, ça fait toujours plaisir :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Les articles les plus lus

Délices de Birmanie

Se déplacer en Birmanie

Le grand départ