Rangoon

Nous voici arrivés en Birmanie (ou plus exactement au Myanmar, le nom officiel du pays depuis 1989) et plus exactement à Rangoon, son ancienne capitale.

Nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre mais Rangoon est une ville plutôt moderne et on se sent tout de suite en Asie du Sud-Est. Au bout des larges avenues, ce sont des stupas dorés qui ornent les ronds-points. Les moines bouddhistes font la quête tous les matins. Et juste devant notre guesthouse, un marché occupe toute la rue.




Une cabine téléphonique birmane !

Des nonnes novices font la quête à
travers le marché.

En marchant cinq minutes, nous tombons par hasard sur un autre stupa doré. Une nonne tout en rose et les cheveux rasés (comme toutes les nonnes d’ici) nous invite à entrer, nous souhaite mingalaba (que la chance vous accompagne), le mot que l’on va le plus prononcer ici et nous demande quel jour de la semaine nous sommes nés pour nous inciter à aller arroser la statue de notre jour de naissance. Comme nous ne savons pas, elle nous fait sonner la cloche pour ne pas que nous repartions sans une bénédiction. Si tout le monde est aussi gentil ici, ça s’annonce bien.



Une autre nonne en rose

Nous allons ensuite voir un immense bouddha couché de 70 mètres orné de pierres précieuses. Ses pieds sont décorés d’éléments bouddhistes et il est très impressionnant.




Puis nous continuons par un grand bouddha assis encore plus orné de pierres précieuses et abrité sous un toit en teck. Tout est magnifique.
Un étudiant en bouddhisme et sanscrit qui sert également de guide nous prête son agenda pour que nous cherchions notre jour de naissance, ça a l’air vraiment important ici. Olivier est né un lundi, jour du tigre et moi un mardi, jour du lion. Nous pouvons donc maintenant respectueusement aller arroser notre jour de naissance.

Un chint-he, mi-lion, mi-démon.
Ils gardent les entrées des temples.


Olivier arrose son jour de naissance.

Il est temps maintenant d’aller voir l’attraction principale de Rangoon, la pagode Shwedagon, un immense stupa en or qui culmine à près de 100 mètres. En arrivant sur la plate-forme, Olivier est pris d’une sorte de syndrôme de Stendhal en version asiatique, il y a tellement de temples, de bouddhas, de stupas, etc. à voir autour du stupa principal, qui étincèle de tous ses feux, que ça donne le vertige. Les Birmans ont un sens de la démesure très esthétique.

Une partie d'un monastère devant la grande pagode




Nous y passons plusieurs heures à déambuler, admirer les détails, contempler la pagode sous tous ses angles et regarder la lumière changer. C’est un lieu plein de vie où les gens ne font pas que prier mais où ils se baladent aussi en famille.




Le lendemain, nous nous baladons autour de la paya Sule - celle du rond-point -, et l’on voit bien l’influence des Anglais (la Birmanie étant une ancienne colonie anglaise) sur certains bâtiments. L’architecture coloniale était plus flamboyante en Inde, mais les bâtiments sont tout de même imposants. Nous nous reposons dans le parc où nous discutons avec une Birmane pendant que son adorable petite fille joue avec le chapeau de Véro. Elle porte le maquillage traditionnel, le thanaka, que l’on voit sur une grande quantité de Birmans.





Nous nous en sommes mis plein les yeux à Rangoon, direction le Sud-Est maintenant !


Commentaires

  1. Hé oui, le jour de naissance est très important en Birmanie car c'est la base de leur astrologie (qu'on appelle Mahabo), moins complexe que l'astro indienne ou occidentale mais très efficace quand on la maîtrise (ce qui n'est pas mon cas du tout, dommage, je me contente de traduire un bouquin en anglais sur le sujet en ce moment ;-) ). En tout cas, ça a l'air d'un pays splendide. Profitez bien !

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour les explications Flo ! Tu aurais adoré l'Inde, il y avait des astrologues ou des gens qui prédisaient l'avenir dans tous les temples. Bisous

    RépondreSupprimer
  3. La photo 25 est pour moi :) Elle est juste à croquer ! C'est marrant, mais cela n'a pas changé,- autant je peux hurler d'admiration pour les petits asiatiques, noires, indiens, arabes ... autant les bb blancs me laissent indifférente. José s'est même vexé au Sri Lanka :)

    RépondreSupprimer
  4. Oui, il y a plein de bébés mignons et plein de petits animaux mignons, je t'entends dire "ciiiipinka" dans ma tête des fois ;) Bisous !!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Les articles les plus lus

Délices de Birmanie

Se déplacer en Birmanie

Le grand départ